Articles et presentations-Maarefah - BM

PRÉSENTATION – Connecting voices MENA: Présentation de la plateforme Maarefah

Posted on Posted in Présentations, notes et articles, Programme Gouvernance, publications gouvernance, Toutes les activités

Par Adel Beznine
Labo’ Démocratique
9 janvier 2015

Programme Gouvernance


Accéder à la présentation en Pdf

« Connecting voices » MENA est une initiative régionale de partenariat qui promeut une bonne gouvernance et une meilleure gestion financière aussi bien dans le secteur privé que dans le secteur public. Cette nouvelle initiative de la banque mondiale qui s’inscrit dans sa stratégie régionale, se décline en quatre grands axes/programmes :

  • the exchange
  • boot camp
  • solutions lab
  • maarefah

Maarefah vise à créer une communauté de pratique qui réunit des professionnels du secteur financier des différents pays de la région. Le lancement de la plateforme dédiée à cet effet à été fait lors d’un événement qui s’est tenu à Amman en Jordanie les 15,16 et 17 décembre dernier. La délégation Tunisienne qui à pris part à cet événement s’est composée de représentants du ministère de l’économie et des finances, de la cour des comptes, de l’ordre des experts comptables de tunisie, ainsi que des universitaires, des acteurs de la société civile et des représentants du bureau local de la banque à Tunis.

Le programme de ces journées s’est articulé autour des thèmes suivants :

  • La conception et la mise en œuvre de la gestion des finances publiques et des investissements publics.
  • Le rôle des institutions d’audit et des institutions de gouvernance coté demande.
  • La gestion des ressources naturelles.
  • Les entreprises publiques.
  • La réforme du secteur de la justice.
  • Explorer de nouvelles frontières dans les rapports financiers des entreprises.
  • Marchés publics : capacités, innovations et implémentations.
  • Utilisation de l’information et des données dans la gouvernance et la qualité des institutions.
  • La décentralisation.
  • Le contrôle interne.
  • La transparence des marchés publics dans l’exécution du budget.
  • Renforcer la transparence et la responsabilité au Maroc.

Pour mettre les choses dans leur contexte, la plateforme n’est pas ouverte aux néophytes, c’est plutôt un outil pour connecter les professionnels du secteur public, privé et associations qui travaillent sur les sujets évoqués dans le programme. D’ailleurs, à l’enregistrement il est demandé de fournir un certain nombre de données personnelles afin de permettre aux modérateurs d’entrer en contact avec les utilisateurs.

Quel intérêt pour la Banque mondiale de créer et de soutenir cette initiative?

En s’intéressant de s’enquérir de la stratégie de la Banque mondiale dans la région, on constate que le renforcement de la gouvernance est l’un des quatre axes qui cadrent l’intervention de cette institution dans la région. Il est à noter également que ce nouveau mécanisme ne se substitue pas aux autres initiatives déjà entreprises dans la région après le printemps arabe à savoir ANSA-AW (Affiliated Network for Social Accountability Arab World) et GPSA (Global Partnership for Social Accountability).

Etant au tout début du déploiement, il est légitime de se poser des questions sur les chances de réussite et sur les éventuels facteurs d’échecs.

D’abord, ce qui est appelé ici « communauté de pratique » sont d’abord des hommes et des femmes, des compétences, qui ont l’opportunité de se mettre en réseau avec leurs pairs dans différents pays de la région, ce qui favorisera l’échange de bonnes pratiques, d’expériences et de leçons à tirer.

Ensuite, cette communauté est relativement « hétéroclite » dans le sens ou elle regroupe différents corps de métiers issus de milieux différents : secteurs public, entreprises privées, société civile, etc. Cette hétérogénéité est également facteur de risque, avec se qu’elle représente en terme de « méfiance ».

Autre facteur de risque : la multiplicité des mécanismes non obligeant et inscrits loin des circuits habituels d’appui technique aux institutions. Quid du bon vouloir des donateurs qui sont multiples :

  • L’agence Canadienne de développement international.
  • UK AID, département de développement international du royaume uni.
  • Le ministère des affaires étrangères du Danemark.
  • Le secrétariat d’état à l’économie du gouvernement Suisse.
  • MSME Facitily: Micro, Small and medium enterprise trust fund for the Middle-East and North Africa region.

Ce dernier est le mécanisme financier à travers duquel participe la Banque mondiale.

On pourrait se poser également la question de savoir pourquoi est-ce que les Instances Financières Internationales (BEI, BERD, BAD…) n’entreprennent pas une initiative commune dans la région.

Pour revenir sur l’événement de lancement de la plateforme réunissant les membres de cette « communauté de pratique », l’ensemble des présentations et des documents présentés est disponible ici. Notons que parmi les pays de la région MENA représentés, la Tunisie s’est distinguée par le potentiel de leadership en matière de gouvernance et de gestion des finances publiques. L’accent à été mis sur le cadre juridique favorable à travers la nouvelle Constitution, l’ensemble des outils implémentés et le rôle joué par la société civile en tant que quatrième pouvoir.

Pour en savoir plus :

  • https://cvmena.org/
  • https://www.facebook.com/pages/Connecting-VoicesMENA/252039124940264?sk=timeline&ref=page_internal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *